Étiquettes

, , , , , , ,

CaptureSaturne

Avec Saturne, l’ouverture des deux portes

La première porte qu’ouvre la planète Saturne est celle, oh ! combien attendue et désirée des deux journées de repos hebdomadaires dans nos régions occidentales. N’oublions pas cependant que dans bien des métiers le samedi n’est pas jour de repos et que Saturne préside à leurs occupations comme pour tous les autres.

Curieux, n’est-ce pas que la première de ces deux journées de repos, le samedi, s’ouvre sous la gouvernance de Saturne qui est le nom latin de la planète. Voyons voir de plus près.

Les légendes de Saturne

CRONOS

Une fois n’est pas coutume et nous dissocierons la mythologie grecque de la latine. Il est dit, dans la tradition que Cronos est le principe premier de la vie et de la mort. Dans ce monde chaotique que fut le début de la création, Gaïa, la terre-mère, épuisée par les assauts de son époux, Ouranos, le ciel, appela ses gigantesques enfants, les Titans, au secours. Un seul, sone dernier né, répondit à l’appel et se saisissant de la faucille que lui tendait sa mère, il trancha d’un coup net les testicules de son père, inaugurant ainsi un terrible parricide. Ce geste radical n’est qu’une métaphore illustrée de la nécessaire séparation de la terre et du ciel, ce qui ouvrit la chaîne de générations de dieux et d’hommes. Et ainsi la création de l’univers s’ordonna !

Le destin de Cronos s’avéra tragique. Gaïa lui ayant prédit qu’à son tour il serait détrôné par un de ses fils. Lorsqu’il épousa Rhéa, sa sœur, il crut se prémunir contre cette fatalité en avalant ses enfants les uns après les autres dès leur naissance. Rhéa, épuisée de chagrin, pensa à un stratagème, elle substitua une pierre  enveloppée de langes à son petit dernier, Zeus et la présenta à Cronos, qui, ne se doutant de rien, avala la pierre. Zeus fut éloigné en Crète. Une fois adulte, il revint, non seulement détrôner son père, inaugurant ainsi la première génération des Olympiens, mais aussi, lui fit recracher la pierre, ramenant à la lumière ses frères et sœurs. Cette pierre fut vénérée à Delphes dans le temple d’Apollon sous le  nom d’Omphalos ou nombril du monde.

CHRONOS, le gardien du temps.

Dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, un rapprochement se fit entre ces deux divinités. Cette parenté entre a développé toute une imagerie, comme le sablier ou la faux, ou le vieillard, très semblable à l’ermite du Tarot qui dévore sans pitié les heures. Chronos, chez les Grecs était l’un des premiers dieux du Cosmos, nommé parfois Aion, il donna dit la légende naissance à un œuf d’argent, issu de l’éther, et à l’origine du monde.

SATURNE : la légende latine

Mais tout n’était pas dit. Non content de se refléter dans une double image Cronos/Chronos, il restait à notre planète à devenir Saturne. Zeus ne tua pas son père, il le bannit du royaume et l’envoya subir quelque supplice au fin fond des enfers dans le Tartare. Le Tartare offrait aux âmes les plus hautes la possibilité de se racheter et de se purifier par la souffrance. Sans doute Cronos vécut-il cette épreuve avec noblesse ! Puis il reprit son chemin, d’abord vers les Iles Fortunées, à l’ouest, lieu de villégiature paradisiaque, identifié par certains aux Canaries. Quoi qu’il en soit, un jour ou un autre, il s’en vint s’installer en haut du Capitole, au cœur de la future Rome. Et ce jour-là, il inaugura sa nouvelle naissance du nom de Saturne. Assimilé ainsi à une ancienne divinité de cette région de l’Italie, le Latium, il encouragea le développement de l’agriculture et établit les fondements de la civilisation. Son règne fut celui de  « l’âge d’or », richesse, paix et justice.

Les Saturnales, le 25 décembre, au solstice d’hiver, célébraient son culte par de grandes fêtes joyeuses, reconnaissant en lui une autre porte celle qui ouvre sur la lumière. Ainsi Cronos/Chronos, Chronos/Saturne mariant la tragédie au bonheur au fil du temps, préside-t-il toujours à l’ouverture de deux portes.

Et l’astronomie ? Une porte ou deux portes ?

Jusqu’à la découverte d’Uranus en 1781, l’espace céleste qui s’inscrivait en sept cercles autour de la Terre, se réduisait au septénaire, à savoir les sept astres errants : la Lune, notre satellite, le Soleil, notre étoile, Mercure et Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Certaines écoles d’astrologie s’en tiennent toujours à ces sept indicateurs symboliques pour l’analyse des horoscopes et cartes du ciel. Mais pour l’ensemble de l’astrologie occidentale, depuis trois siècles, s’est  désormais ouvert l’ère des trans-saturniennes, avec leurs longues révolutions qui, pour Neptune et Pluton, dépassent de loin la durée de vie humaine.

Ainsi pendant très longtemps, Saturne a fermé les limites du monde spatial connu, pour depuis trois siècles donner largement accès à des espaces célestes, lieux de nouvelles investigations et d’autres voyages intersidéraux.

La planète Saturne, comme le montrent bien toutes les photos et toutes les reconstructions, spatio-astronomiques est d’une splendeur stupéfiante Sa trajectoire sinueuse faite de boucles et de lacets s’entoure d’anneaux brillants en rotation à plus de 300000 kms de son centre. Une vingtaine de satellites tourbillonnant animent des danses autour d’elle. Bien plus petite que Jupiter, notre géante, elle révèle néanmoins une taille impressionnante et émet à elle seule trois fois plus d’énergie que le soleil. Constituée, pour l’essentiel, de gaz d’hélium et d’hydrogène, en son cœur on soupçonne un noyau rocheux très dense.

Et en astrologie ? Une planète funeste et mélancolique ?

Les anciens pensaient que toute naissance qui se plaçait sous le gouvernement de Saturne connaitrait paix et sérénité ou bien présiderait à des structures traditionnelles de pouvoir fort. On la surnomme parfois « la grande infortune », aux côtés de Mars, « la petite infortune » : sécheresse, maussaderie, stérilité, solitude, vieillesse, longue épreuve ou maladie, un chapelet de qualificatifs peu encourageants !!! Placée au coin d’un carré ou en opposition, comme en ce moment, son opposition à Jupiter en Bélier, elle-même se trouvant en Balance, elle peut indiquer bien des difficultés à venir ou tout au moins des restrictions. Maître du Capricorne et du Verseau, en exaltation en Balance, la présence de Saturne donne à ces signes de la sobriété mais certainement un  aspect un peu sévère.

Rappelons pourtant, qu’en astrologie, toute planète a son envers comme son endroit, permettant, par définition à notre libre arbitre, de choisir l’une des deux portes qui nous est ouverte : celle de l’ombre ou celle de la lumière. L’un des rôles les plus importants de Saturne est sa vocation à structurer, ne gouverne- t- il pas tout ce qui es le système osseux ? Ne favorise- t-il pas sur le plan mental l’analyse et la réflexion? Comme son double Chronos, il avance à pas comptés et mesurés et toujours montre les limites : ce que nous retiendrons.

Saturne mode d’emploi

Disposer de deux jours libres et sans contraintes extérieures peut aisément nous amener à des débordements et extravagances Jupitériennes. Confions-nous à Saturne, dès la sonnerie du réveil, un peu plus tard que de coutume peut-être, après tout nous sommes samedi  et préparons-nous à une organisation méthodique du week-end. Oui, des milliers de choses à faire !! Alors au petit-déjeuner, j’écris mes listes avec les heures à côté, comme le souffle Saturne chronocrator,  gardien et maître du Temps. Ce qui importe ici est d’ordonner les choses pour ne pas courir au four et au moulin, bien choisir ses priorités, anticiper sur le temps disponible. Faire de bonnes listes réconfortantes dans une hiérarchie des priorités où chaque ligne, samedi soir, sera rayée proprement. C’est ainsi que Saturne règle le mieux les urgences.

Saturne sérieux mais pas grincheux !

Ah ! Tout va bien aujourd’hui, c’est samedi, je vais pourvoir enfin mettre de l’ordre dans mon  cosmos. Par quel petit-déjeuner commencer ? Eh, bien ! Un bon café odorant et stimulant ou un fort thé noir au goût de fumée, non point accompagné de tartines beurrées et « confiturées », mais de galettes de riz, gâteaux secs ou autres fruits secs. Allons, je concéderai un petit carré de chocolat noir. Vêtu de vêtements confortables, voyons de quelle couleur ? Châtaigne, bleu cobalt, oui… ou bien tout simplement toutes les nuances du jaune. Saturne est associé au plomb que l’alchimie s’est efforcée de transformer en or solaire.

Puis, muni de mes listes, j’entame une journée ordonnée, éliminant ligne après ligne. Au moment de faire mes courses, un bref moment d’entracte, devant le rayon aux fleurs, je m’arrête, un coup de cœur, prenons quelques branches de genêt doré ou de grandes tulipes comme du safran ou pourquoi pas un mini cactus biscornu.  Alors que midi sonne à ma porte, tout est prêt, les assiettes sont mises et l’appétit ouvert par un petit verre de martini au goût légèrement amer. On convoquera au menu  une simple salade avec du soja et du pain complet, ou bien des légumes avec du tofu, ou, pourquoi-pas des plats déjà préparés.

L’après-midi  verra des jeux bien ordonnés, du bricolage sans excès, de la détente sportive, enfin, sans heurts, la journée se déroule, quadrillée comme elle l’est, elle me donne le sentiment d’avoir enfin du temps déployé pour moi jusqu’au soir.

Saturne un maître de cérémonie

Ainsi, ce samedi, Saturne nous aura enseigné à ouvrir la porte de la mesure et à évoluer dans une architecture aux lignes solides, pures et belles. Vous l’avez compris, bien vivre son Saturne avec le samedi, c’est faire de sa journée, une cérémonie !

 Par Dioné paru dans Astr’oh de juin 2011

http://www.astr-oh-lemagazine.com